Soleil de Tokyo

by Imagho

supported by
Ivan MSCCK
Ivan MSCCK thumbnail
Ivan MSCCK Comme un journal intime qui dans un souffle continu se livre, Imagho décline dans un filet de voix puissant mais confident ses histoires pas si ordinaires. Distillant les nuances comme autant de carillonnements discrets où s entrelacent les impressions, les sons s' effleurent, perlent, ricochent, s'inervant jusqu au creuset de l émotion pour finir dans une apparente solitude, finalement relâchés. Épurées mais exigentes, ses confidences ravivent la mémoire, s humectent de cette nostalgie de matin d automne le long des canaux forestiers. Elles nous semblent familières, presque réconfortantes, quasi universelles. Comme un vertige aspirent. Nous cerclent dans un mouvement irrépressible confinant à l attraction. Celle d un soleil pas si tropical. Celle d une histoire dans laquelle inlassablement on plonge, jusqu'à finir happé de silence. A retenir sa respiration dans un ultime enfouissement
/
  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Includes unlimited streaming of Soleil de Tokyo via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 5 days

      €8.99 EUR or more 

     

1.
04:02
2.
04:27
3.
05:24
4.
04:26
5.
03:28
6.
7.
04:43
8.
05:29
9.

credits

released June 16, 2017

Auteur, compositeur : JL Prades
Tous instruments, voix : JL Prades - Studio Nocturnes
Mixage : JL Prades et Greg Alliot - Studios Ohmnibus
Mastering : Frederic Alstadt - Ångstrom mastering
Artwork : Julien Bourgeois
Production exécutive : Baptiste Lusson - 03h50

tags

license

all rights reserved

about

03H50 Marseille, France

03h50 is a record label, and music publisher based in Marseille, France.

contact / help

Contact 03H50

Streaming and
Download help

Redeem code

Track Name: Jamais
On les voit, souvent, derrière les gouttes ou les traces de sable.
Maisons noires, rues mouillées,
des gosses partout, des bagnoles.

Nous on passe, le soir, le matin,
en vacances, au boulot, toujours pressés.
Eux nous voient, nous entendent, nous respirent,
nous envient, nous détestent.

Comment font-ils pour vivre là ?
Faut y être né, faut aimer.
Là où ils sont, nous, on ira jamais.
Track Name: Déjà vu
On les voit, souvent, derrière les gouttes ou les traces de sable.
Maisons noires, rues mouillées,
des gosses partout, des bagnoles.

Nous on passe, le soir, le matin,
en vacances, au boulot, toujours pressés.
Eux nous voient, nous entendent, nous respirent,
nous envient, nous détestent.

Comment font-ils pour vivre là ?
Faut y être né, faut aimer.
Là où ils sont, nous, on ira jamais.
Track Name: Perdue
On a cherché, on a fouillé, on a quadrillé,
on est surtout passés à coté.
Elle était là, mais nous on a rien trouvé.

Cloitrée, moussue, cachée, perdue, en silence elle attendait,
et nous on passait, tout près.

Avec les bottes, avec les chiens et les lunettes à détection,
tout l'attirail qui sert à rien quand on a pas d'idée,
on l'a jamais retrouvée, et pourtant, elle nous attendait
Track Name: Secrète
On a cherché, on a fouillé, on a quadrillé,
on est surtout passés à coté.
Elle était là, mais nous on a rien trouvé.

Cloitrée, moussue, cachée, perdue, en silence elle attendait,
et nous on passait, tout près.

Avec les bottes, avec les chiens et les lunettes à détection,
tout l'attirail qui sert à rien quand on a pas d'idée,
on l'a jamais retrouvée, et pourtant, elle nous attendait
Track Name: Exemplaires
Illusion de solitude, je voyage de nuit.
A la musique, je me livre.

Je pars à la dérive couché sous les nuages.
A la dérive, je me livre.

Dans l'air des tropiques, au soleil de Tokyo, retombent les mémoires des nuits ordinaires.
Des aventures banales, exemplaires.

Un journal invisible, l'ignorance dans les poches, des rêves stupides.

De retour en automne, en marge, toujours.
Sanctuaire pour vagabonds...

Dans l'air des tropiques, au soleil de Tokyo, retombent les mémoires des nuits ordinaires.
Des aventures banales, exemplaires.
Track Name: Chaque saison
Les nœuds se forment sur le plancher, les feuilles repoussent et recouvrent tout.
Dans le seau, sous l'escalier, les gouttes s'ajoutent aux gouttes passées.
Il n'y a plus de place pour moi.

Les nuages entrent dans l'escalier, les murs s'effritent puis s'ouvrent en grand.
Des racines courent dans le cellier, la nuit on peut les sentir bouger.
Il n'y a plus de place pour moi, et je sais qu'à chaque saison, on me récolte et me brûle.
Track Name: L'Incendie
On marche, deux par deux, dans la poussière, sans savoir si la route ira au bout.
Entre deux rails, on ira, guidés par la bande continue.

La chaleur est forte, les yeux nous piquent,
les mouchoirs sur la bouche ne suffisent plus.
Ils sont humides et collent au nez, mais sans eux, on ne tiendrait pas.

Les lueurs de l'incendie s'éloignent un peu, mais les fumées sont toujours là.
Les vieux qui ne voulaient pas partir ont été emmenés.
Ils ont fermé leur porte à clé, modeste rempart contre l'incendie
Track Name: La Loire
Les phalènes se regroupent aux lumières des réverbères.
Des mecs sont assis sur le rebord du parapet.
Ils boivent des bières en bouteille, lentement, mais longtemps,
et lachent deux mots aux gens qui passent.
Et il en passe, car c'est Bal ce soir.

Marcia Baila ricoche sous les voûtes du pont et se dilue au fil de l'eau.
Il fait chaud, les phares sont jaunes, la Loire disparaît lentement dans le noir.

Pull en coton, souliers plats, ta mêche est coupée court.
En montant vers l'église on perçoit le battement sourd de la musique tout en bas,
et au dessus de nous le vol des martinets qui ne s'arrêtent jamais.
Il fait chaud, les phares sont jaunes, la Loire disparaît lentement dans le noir.
Track Name: Paradis perdu
Cueilleur d'insectes au tronc des arbres,
vrombissant dans les poches, chantant dans les cheveux,
tu files sous les genêts chercher l'oiseau blessé,
puis reviens écouter la fin de l'été.

Lumière dans le jour, sourire de dents de lait,
même si tu as grandi tu es passé bien vite.

Allongé pour toujours sous ton collier de barbe et tes boucles dorées,
tu scrutes le ciel sous les immortelles
et veilles sur les collines que tu as tant aimées.